//
you're reading...
Entreprendre, La petite histoire du mois

La petite histoire du mois d’août : En mode veille: tendance à la procrastination

En mode veille: tendance à la procrastination

PROCRASTINATION : Nom féminin. Tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain.

Nous sommes au mois d’août. Le soleil chauffe notre peau bronzée et pour bon nombre d’entre nous il est l’heure de… procrastiner. Mais si. Pourquoi pas ? Cette frénétique faculté à tout remettre au lendemain peut trouver ses causes dans un manque de confiance en soi, un perfectionnisme latent ou encore une tendance à l’impulsivité. Voilà pleins de bonnes excuses pour afficher la couleur avec fierté sur le parasol: « Ici bronze un redoutable procrastinateur ».

Vous n’avez pas envie d’accomplir vos tâches du jour ?

Qu’à cela ne tienne, remettez-les à demain. Demain sera meilleur, plus clément, et comportera plus d’heures dans la journée. Demain, vous serez motivé, enjoué et dynamique à l’idée de vous y mettre et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Bien sûr, demain vous aurez de l’énergie à revendre ; alors qu’aujourd’hui c’est différent, vous vous laissez du temps pour vivre…

Vous y croyez encore ?

OUI, j’y crois.
Alors continuez. Parce qu’en tant que procrastinateur, vous êtes le premier concerné par vos « non-action » du jour. La terre continuera de tourner sans vous, vos concurrents ne gèleront pas leur chiffre d’affaires en vous attendant et le soleil finira toujours par se lever derrière la lune. Donc si cette façon de fonctionner vous convient : ne changez rien ! Il ne sert à rien de tenter de modifier un comportement si nous ne percevons pas les bénéfices que le changement pourrait apporter. Qui plus est, procrastiner à petites doses permet également de ne rien faire par moment et donc de simplement profiter de l’instant présent.

NON, je n’y crois plus.
Il existe différentes causes à la procrastination. Le perfectionnisme en est une ; comme rien ne sera jamais assez bien fait, autant ne pas commencer. La peur de l’échec est également une des origines principales de la procrastination. Venue de notre tendre enfance et de notre éducation, quand on nous répétait que trop d’argent, de succès ou de célébrité rend malheureux, la peur de réussir fait aussi partie de notre conditionnement et nous amène à ne pas trop en faire pour ne pas risquer d’atteindre nos rêves.

Il y a peut-être des comportements à modifier, non ?

Commencez par réaliser que derrière chaque grande réussite, chaque succès célèbre ou moins célèbre, il y a des échecs. L’échec en soi n’existe que si vous décidez de le voir comme tel. Il n’y a que des apprentissages, des calibrages, des feedbacks, des occasions d’en apprendre plus sur soi pour mieux avancer.

Laissez-vous enfin croire en vos rêves. Rêvez grand et cessez de vous culpabiliser en cas de succès. La réussite n’est ni sale ni punissable !

Et gardez en tête que la perfection n’existe pas. Nulle part. Chez personne. Et c’est parfait ainsi !

Liens intéressants:

Huffington Post: Procrastination: 7 raisons pour lesquelles vous remettez tout au lendemain

Wikipédia: définition procrastination

Agnès Grêt, Tripyourlife

About Agnès Grêt // Happy Co-founder & Happy Trainer

Coach certifiée d’une école franco-canadienne, titulaire de la certification FSEA de formateur d’adultes, Agnès est également auteure du livre de développement personnel « Marguerite, la vache pleine de conscience. Et si on décidait d’être heureux? ». Fondatrice de Tripyourlife en 2009, puis co-fondatrice de Trip Your Work en 2013 avec Damien Thélin, Agnès Grêt est profondément convaincue que le Bonheur au travail est aujourd’hui la clé de la rentabilité des entreprises. Egalement diplômée en marketing et communication, c’est forte de son bagage personnel et de ses expériences en tant que formatrice en entreprises et en instituts de formation, qu’elle s’engage aujourd’hui pleinement pour ce en quoi elle croit.

Discussion

No comments yet.

Leave a Reply

%d bloggers like this: