//
Le Blog d'Agnès

conscience

This tag is associated with 5 posts

La petite histoire du mois de Juin: A la femme que vous êtes

A la femme que vous êtes

 

femme que vous êtes

A toutes les femmes heureuses et malheureuses,

à toutes les femmes qui aiment plus fort qu’elles ne sont aimées, à celles qui croient aux anges gardiens, en leur Dieu, en l’amour, en leurs forces. A toutes ces femmes que je croise dans des couloirs, sur des parkings, dans l’ascenseur.

Aux femmes qui sont mères, sœurs, filles, reines, seules ou maltraitées. A toutes les femmes qui sont femme, qui resteront femme pour l’éternité. Aux féministes, aux socialistes, aux religieuses, aux idéalistes, aux concernées, aux sacrifiées.

Je devrais m’adresser aux hommes qui vous maltraitent, à ceux qui vous jalousent ou vous ridiculisent. Je pourrais essayer de changer les choses, de sensibiliser le monde, de toucher les mentalités.

Mais je suis aussi une femme. Et je sais aujourd’hui que la clé n’est pas là. Si je m’adresse à vous et à vous seules, c’est parce que toutes les solutions sont en vous. Absolument toutes.

De plus courageuses que moi tentent de vous défendre. De plus savantes réussissent à vous comprendre.

Comme il y a des gens qui vous envient, il y en a qui vous admirent ; comme certains vous malmènent, d’autres vous aiment.

La clé de votre liberté n’est pas en eux.

Votre liberté est un arbre qui a besoin de votre sève pour s’épanouir, de votre soleil pour s’affirmer, de votre amour pour se développer, de votre foi pour fleurir et de votre cœur pour exister.

Vous détenez le secret de votre paix intérieure, la clé de l’amour.

Vous portez une mission essentielle à la survie de notre espèce : le maintien de l’Amour sur terre. Les siècles vous ont parfois écrasées, les hommes vous ont réprimées et vos croyances vous ont dévalorisées. Mais vous détenez la clé de votre bonheur.

Vous êtes la clé de votre liberté. 

Agnès Grêt, Tripyourlife.

La petite histoire du mois de Mai: Savoir pardonner

Savoir pardonner

 

savoir pardonner

Un cheval ne pourra pas galoper s’il est enchaîné à une barrière.Vous aurez du mal à ouvrir le cœur à votre présent et les bras à votre avenir si un conflit passé pèse encore sur vous. Il vous sera difficile d’être pleinement heureux et confiant pour avancer si vous n’avez pas pardonné.

Pardonner, c’est laisser le passé à sa place ; sans l’oublier mais sans le contempler. Pardonner, c’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire pour cheminer au cœur de votre propre vie, pour être pleinement et librement vous-même !

Etre capable de pardonner prend du temps. Et ce temps est nécessaire. Mais le pardon que vous offrez sincèrement à quelqu’un, le jour où vous vous en sentez capable, revient vers vous à la puissance dix. L’amour que vous avez déployé en pardonnant se retourne immanquablement contre vous et c’est alors toute votre vie qui se voit libérée.

Pour pardonner, nous avons de nombreuses étapes émotionnelles à franchir ; et le pardon constructif et libérateur n’est en aucun cas le synonyme de l’oubli, de la vengeance ou de la soumission. Avant tout, pardonner est un choix, une décision que l’on prend. Pour notre bien. Pardonner est un acte de courage, une réalisation personnelle, un lâcher-prise, un acte de respect envers soi-même et envers la nature humaine.

Le processus du pardon passe en général par plusieurs stades, comme le fait de décider de ne plus souffrir, de reconnaître ce qui nous a fait du mal et de l’exprimer, de partager ses émotions, ainsi que d’apprendre à ne plus se sentir coupable, puis comprendre celui-qui nous a fait du mal, sans l’excuser, pour enfin décider d’avancer et être capable de redevenir acteur et créateur de sa vie.

Quand vous pardonnez, vous faites un pas de plus vers votre mission de vie, vous lâchez les freins destructeurs qui empêchent votre créativité de s’exprimer, vos émotions de se libérer ou vos désirs de se réaliser.

Pardonner est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire pour réussir à vous aimer et à concrétiser votre bonheur.

Agnès Grêt, Tripyourlife.

La petite histoire du mois de Mars: Avoir foi…en votre petite voix

Avoir foi…en votre petite voix

intuition

 

Pour écouter son intuition, encore faut-il l’entendre quand elle se manifeste. Presque capricieuse, elle a besoin d’attention et de respect. Si vous ne croyez pas en ses messages, elle ne vous les enverra pas. Si vous n’appréciez pas ses conseils à leur juste valeur, vous ne les recevrez plus. Du moins, c’est l’impression qu’elle vous donne.

Car, derrière ses grands airs, l’intuition n’est pas un cadeau reçu à la naissance par certains privilégiés ; encore moins un don que l’on peut mériter, gagner ou perdre. Votre intuition est toujours là, à vos côtés. Et elle y est depuis toujours.

Ecouter sa petite voix, c’est y croire. Y croire très fort et rester convaincu que chacun d’entre nous, en toutes situations et en tout lieu, dispose de guides bienveillants et toujours de bons conseils au fond de son cœur. Il s’agit là d’avoir la foi. La foi en soi et en la capacité que la vie nous a donné de faire appel à notre cœur, à notre intuition. Comme vous croyez en la Science, en votre Dieu, en la parole d’un mentor : pour écouter votre intuition, croyez très fort en son existence et en sa présence.

Ne la confondez surtout pas avec toutes les autres voix qui brouillent les pistes : la voix de l’égo qui vous dit ce qu’il faut faire, ce qui est bien et ce qui est mal ; qui vous fait douter ou qui laisse place à la peur. La voix des autres qui vous dit ce qui ferait plaisir à vos enfants, à vos parents, qui laisse place à la culpabilité, à la comparaison. Et la voix rationnelle qui analyse, qui compare, qui étudie.

Choisir d’écouter votre intuition, c’est d’abord avoir foi en elle. Comprendre qu’elle n’est ni la voix de l’égo, ni la voix des autres, ni la voix rationnelle. Croire profondément qu’au fond de vous, votre petite voix, votre intuition, existe, se manifeste, et n’attend plus qu’une seule chose : que vous appreniez à l’écouter vraiment.

Focalisez votre attention sur elle, dirigez votre conscience vers votre petite voix et laissez-lui la place de choix dans votre vie.

Agnès Grêt, Tripyourlife.

La petite histoire du mois de Février: A propos de sensibilité

A propos de sensibilité

sensibilité

 

Il paraît qu’un homme de sciences bien connu a dit ceci : « Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité ». Si l’on sent le pouls de nos émotions, pourquoi nous retenons-nous de ressentir parfois?

Parfois, la sensibilité est comme un vaisseau spatial dans lequel on embarque pour tout voir de bien plus haut mais beaucoup trop vite. C’est comme une flèche qui nous traverse le coeur et qui nous révèle tous les enjeux et les conséquences d’une situation tout en nous déchiquetant. Et cela peut peser.

Vous êtes parfois submergé, envahi par vos émotions. Vous apprenez aussi à les maîtriser, ce qui est utile dans bien des conditions bien sûr. Ces mêmes émotions sont aussi l’essence de votre raison d’être, votre matière première, votre richesse; elles peuvent vous apporter beaucoup dans votre travail, dans vos relations, vos projets. Votre sensibilité est belle, naturelle, pure. Pourquoi la modérer ou la contenir?

Il paraît aussi qu’un poète que l’on connais bien a dit ceci : « Ne mépriser la sensibilité de personne. La sensibilité de chacun, c’est son génie. » Si à défaut de considérer votre sensibilité comme une entrave, vous imaginiez le génie que cela peut représenter? L’utilité qui s’y cache.

Si cette réceptivité que vous ressentez parfois dévoilait une réelle intuition ? Votre sensibilité ne devrait pas être une tempête imprévisible qui vous surprend en pleine mer ; elle est comme une solide girouette qui vous montre l’état du vent, qui voit l’océan d’un peu plus haut pour vous permettre de prendre les bonnes décisions, de manœuvrer en conséquence. Grâce à elle, en apprenant à l’observer, on a une meilleure visibilité sur les conditions, on peux conduire sa vie avec confiance.

Et si cette émotion, une fois exprimée, pouvait rendre service, aider, voire véritablement changer les choses ? Si cette sensibilité extrême qui dévoile vos intuitions, vous donnait une clé pour agir et contribuer à faire évoluer ceux qui le peuvent, à changer ce qui peut l’être, à dénoncer ce qui doit l’être? Parfois, il peut être bénéfique que vous vous exprimiez, que vous agissiez pour faire réagir les gens. Une intuition exprimée peut changer les choses pour quelqu’un et contribuer à une évolution. En maîtrisant ces émotions, vous pouvez les amener à rester là où elles doivent être, à occuper l’espace que vous décidez de leur accorder.

Et si, une fois cette capacité développée, ces intuitions et les émotions qui en découlent devenaient alors comme un don ? Un don maîtrisé, profitable à votre évolution, utile aux autres. Cela implique évidemment que vous accordiez une complète confiance à vos ressentis. Qu’ils deviennent à vos yeux une force dont vous êtes doté, un outil à mettre à disposition des autres, une compétence à pratiquer et à toujours développer. Vos émotions sont l’indicateur de votre intuition. Votre intuition est une force et un atout merveilleux.

Ressentez, écoutez, ouvrez-vous enfin à cette force dont vous disposez. Accueillez vos émotions, décelez l’intuition qui s’y manifeste, faites-en quelque chose d’utile, de profitable, de généreux ! 

Agnès Grêt, Tripyourlife.

La petite histoire du mois de Janvier: Aimez

Aimez

Amour

Aimez. Votre amour est là.

Il compose chaque partie de votre être.
Ne le cherchez plus, ne le fuyez plus, ne le gardez plus sous clés.

Aimez à profusion.
Mais n’aimez pas comme la petite fille qui cherche le diamant au bout de sa quête.
Aimez comme la femme qui répand la lumière sous chacun de ses pas.

L’amour est en vous, il compose la vie, les atomes, les rêves, la conscience.
Si vous avez lâché vos peurs, l’amour est l’unique prochaine étape à inscrire sur votre liste.
Pour réussir à vous libérer, à être vous vous-même, à trouver le bonheur : le seul chemin, c’est l’amour.

Ne le confondez pas avec la passion, la pitié, la dépendance, la culpabilité.
L’amour n’a besoin de rien d’autres que de la vérité de votre cœur pour exister.

Il est là, partout, en vous.
Il attend d’être pleinement accueilli, reconnu et déployé.
Aimez-le. Déployez-vous. Libérez-vous.
Aimez-vous.

Agnès Grêt, Tripyourlife.

%d bloggers like this: